de  |  fr  |  it

Recherche...





Communications

Le Plan requiert des actions et des moyens

Le Conseil fédéral a adopté et mis en application ce mercredi le Plan d’action national Produits phytosanitaires (PAN-PPh). La SSIGE se félicite qu’un plan visant la réduction des risques et l’utilisation durable de produits phytosanitaires ait été élaboré. Elle attend de celui-ci qu’il permette de réduire et de minimiser massivement les apports de pesticides, en particulier dans la zone d’influence des captages d’eau potable.

La SSIGE va dès lors étudier de près le Plan d’action adopté par le Conseil fédéral et rédiger prochainement une prise de position détaillée.

Une interdiction des produits phytosanitaires dans les trois zones de protection, et des mesures appropriées de protection des eaux incluant des contrôles d’efficacité pour les aires d’alimentation polluées, revêtent une importance capitale pour la SSIGE. De telles mesures doivent être intégrées à la Politique agricole 2022 et aux prestations écologiques requises. Afin que le Plan puisse être réellement efficace, la SSIGE insiste pour que la Confédération garantisse un financement suffisant des mesures proposées et qu’elle procède rapidement à leur mise en œuvre.

En ce qui concerne la version du Plan d’action de l’automne 2016 mise en consultation, la SSIGE a regretté que le Plan soit trop peu ambitieux et trop imprécis, qu’il ne prenne pas en compte la vérité des coûts et le principe de causalité, et enfin qu'il ne contienne pas de vision sérieuse d’un objectif de développement sur le long terme. Cette version du Plan ne prévoyait par exemple que de réduire de moitié les dépassements des valeurs limites pour la qualité des eaux. Cela signifie que le Plan tolérait que la loi ne soit respectée que dans la moitié des cas au lieu d’exiger le pur respect de la loi.

Déjà avant l’élaboration de cette ébauche de plan d’action, la SSIGE et ses partenaires avaient soumis un Plan de réduction des pesticides en Suisse. Celui-ci présente la manière de réduire l’utilisation des pesticides de 40-50% dans l’agriculture, voire même de 80% dans les zones résidentielles, par le biais de mesures tout à fait réalistes – et ce, sans entraîner aucune difficulté d’approvisionnement ni aucun coût supplémentaire pour le contribuable, mais avec un impact positif sur les eaux, les sols et la biodiversité.

Commentaires (0)

Pas trouvé de commentaires!

Ecrire un nouveau commentaire

© SVGW/SSIGE 2011
SVGW/SSIGE
Votre panier est vide

Info

l’assainissement intérieur des conduites d’eau potable